Menu
Merci à vous tous qui m'avez soutenu

Alain Juppé : « L'environnement sera au rendez-vous de l’élection présidentielle »

Alors que la COP22 de Marrakech s'ouvre, la question du développement durable revient au premier plan de l’actualité politique nationale et internationale.

Elle ne l’a pourtant jamais quitté en ce qui me concerne. 

Depuis des années maintenant, elle m’anime au quotidien quand j’échange avec les jeunes générations à propos de la France de demain, quand j’évoque avec nos champions nationaux la ré-industrialisation de notre pays et l’évolution de notre rapport à l’environnement, quand je parle encore avec nos agriculteurs et nos pêcheurs de la transformation de leurs métiers. Cet enjeu présent et futur est véritablement au cœur de mon projet présidentiel.

 

Préserver notre planète, c’est d’abord consommer de manière plus raisonnable les ressources naturelles.

L’agriculture durable et les circuits courts ne sont pas des ambitions dérisoires ou tournées vers le passé, ce sont des réalités concrètes de la transformation de nos terroirs. Nous sommes reconnus dans le monde entier pour l’excellence de nos produits agricoles et la vigilance sanitaire de nos procédés de fabrication : faisons-en une force et promouvons une production et une consommation nationale basée sur les produits tricolores, à la fois éco-responsables et traçables. Il faut accompagner ce mouvement de revitalisation de nos campagnes en favorisant des achats bios et locaux, dans nos collectivités territoriales, nos hôpitaux, nos maisons de retraite ou encore nos cantines scolaires. 

 

Lutter contre le réchauffement climatique et la pollution atmosphérique, c’est ensuite rénover notre politique énergétique.

Nous ne pouvons pas nous contenter de condamner l’usage des énergies fossiles, il faut désormais aller plus loin : mettre un terme définitif à l’utilisation du charbon dans la production d’électricité française dès le prochain quinquennat, donner leur chance aux énergies renouvelables en triplant notre capacité de production photovoltaïque d’ici 2022, réexaminer les subventions accordées aux énergies fossiles, tout en les compensant parallèlement par des allégements de charges sur les entreprises, accroître fortement enfin l’effort public de recherche et de développement dans les domaines du stockage de l’énergie, de l’efficacité énergétique et des réseaux intelligents.

 

Mener une véritable politique de développement durable, c’est enfin agir au quotidien auprès de nos compatriotes.

J’ai conscience des efforts demandés à chacun, dans les comportements plus responsables, dans les achats plus durables, dans l’évolution des habitudes de vie.Cet effort national bénéficiera à tous : l’amorce d’une économie circulaire et de proximité créera de l’emploi local en France, l’accélération de la politique de rénovation énergétique sera source d'économies considérables et améliorera la situation des très nombreux Français qui vivent dans des logements mal isolés. La mise en place de « zones de calme sonore », au cœur des espaces urbains assurera le maintien en bonne santé de nos compatriotes et réduira les dépenses portées par l’assurance-maladie. Les collectivités locales, à commencer par les métropoles, ont un rôle exemplaire à jouer en matière environnementale en menant des politiques urbaines innovantes et ambitieuses.

 

En signant un nouveau contrat social avec la biodiversité, nous nous engageons aussi vers davantage de progrès.

Qui sait si notre meilleure connaissance de la faune et de la flore ne nous permettra pas, demain, de guérir des maladies que nous croyions jusqu’ici incurables ? A ce titre, nos territoires ultramarins sont des trésors de biodiversité. Accompagnons la recherche dans ce secteur, assurons la nidification des oiseaux, la pollinisation des abeilles, la replantation des haies, bref le re-tour de la biodiversité en milieu urbain et périurbain. Nos régions, nos départements, nos villes sont déjà engagées dans de telles démarches de préservation de l’environnement pour assurer le bien-être et la santé de nos concitoyens.

 

La question environnementale sera au rendez-vous de l’élection présidentielle de 2017.

N’en doutons pas, car il ne s’agit pas d’une réflexion politique mais d’un engagement stratégique pour fixer le cap de notre pays et de nos politiques publiques dans les années à venir. L’écologie n’est ni à gauche, ni à droite. C’est la marque d'un véritable engagement pour qui veut véritablement transformer la France, sur le moyen et sur le long terme. Pour parvenir à la croissance durable, sobre circulaire et inclusive que j’appelle de mes vœux, il faudra que l’environnement irrigue l’ensemble des politiques : investissement et innovation dans les technologies vertes, transformation de nos moyens de transport en des mobilités autonomes et vertes, mobilisation accrue des nouvelles technologies numériques, etc. Si vous m’accordez votre confiance, c’est le pari que je suis résolu à gagner avec vous, au cours des cinq ans qui viennent.

Alain Juppé