Menu
Merci à vous tous qui m'avez soutenu

Colmar : Tous derrière le « sage » Juppé

En Alsace, « la démarche robuste » d’Alain Juppé rassure ses fidèles, structurés en comités de soutien. Ils voient dans le candidat de la primaire de la droite et du centre un « homme d’État » capable d’incarner « l’espérance ».

L’ouvrage d’Alain Juppé, Pour un État fort, le second après la thématique éducative (cinq autres devraient suivre), aura servi de fondation, hier matin à Wintzenheim, pour des échanges entre les soutiens alsaciens du candidat à la primaire de la droite et du centre. Emmenés par Brigitte Klinkert, vice-présidente du Conseil départementale du Haut-Rhin, et Fabienne Keller, sénatrice du Bas-Rhin, les soutiens d’Alain Juppé mis en place au second semestre 2015 « montent en puissance » à dix mois de cette primaire à deux tours. Tout détenteur d’une carte d’électeur pourra y participer à condition de signer la charte de l’alternance et de verser 2 € par tour de scrutin.

Nicolas Sarkozy, « trop clivant »

Les élections régionales digérées, « la campagne » est engagée pour « celui qui est probablement le meilleur d’entre nous », une expression restée célèbre du président Chirac. Sa « stature d’homme d’État » ne ferait aucun doute. « C’est une candidature du rassemblement et du consensus », introduit Brigitte Klinkert. Exit Nicolas Sarkozy, président de LR, « trop clivant », selon Frédéric Marquet, animateur du comité de soutien mulhousien. « Différence de fonctionnement », constate Fabienne Keller. Sous la houlette du président de LR, « le matin, on travaille, l’après-midi, on sonde les militants, et le lendemain, la position du parti est arrêtée ». Alain Juppé a choisi de donner du temps au temps, poursuit la sénatrice, qui apprécie les séjours de 48 heures en province de son candidat préféré, dont la « démarche » est qualifiée de « robuste ». Joseph Goester, maire de Zillisheim, plus direct, parle d’un véritable « rejet » du candidat Sarkozy, parmi ses collègues élus notamment.

« Que l’on s’occupe de nous »

A contrario, Juppé serait « quelqu’un de rassurant », « un homme que la vie a façonné », « un homme d’expérience », bref « un sage » qui ne s’enfermerait point dans ses certitudes ; il incarnerait « l’espérance ». Y compris pour « la génération qui a grandi dans le chômage et l’incertitude », intervient le Bas-Rhinois Pierre Jakubowicz, conseiller du président du conseil départemental, Frédéric Bierry. « Nous avons envie que l’on s’occupe de nous, que l’on nous dise la vérité. » Et le maire de Bordeaux serait l’homme idéal capable d’empêcher cette jeunesse désorientée de « quitter la France pour trouver un emploi ».

Pierre Bihl, conseiller départemental, insiste pour sa part sur l’intention d’Alain Juppé, 71 ans le 15 août prochain, d’accomplir sa tâche sur cinq ans et pas davantage. Ce qui serait « très bien perçu par l’ensemble des élus. Mais la grande différence, c’est bien le tempérament » de des deux concurrents.

« Complètement acquis à son mandat »

L’idée d’un quinquennat unique aurait déjà engendré des « déclics de confiance », signifiant moins, peu ou point de calculs politiciens interférant dans la gouvernance du pays. « C’est un élément déterminant » pour Yannick Danielou, jeune soutien d’Alain Juppé dans la 4e circonscription du Haut-Rhin. « Un président complètement acquis à son mandat », ajoute Frédéric Marquet. Sur l’organisation de ces comités de soutien, leurs animateurs insistent sur la bonne coordination de l’action régionale.

Les informations ne remontent pas vers Alain Juppé, rectifie Fabienne Keller, qui ne voit pas de pyramide dans cette organisation. Elle parle plus volontiers de « co-construction. Il s’agit d’un travail d’équipe, une démarche de fond » pour édifier collectivement le projet d’un candidat qui se « nourrit » de cette « matière », laquelle enrichirait ses publications : le premier ouvrage était consacré à l’éducation ( Mes chemins pour l’école ), le second au régalien ( Un état fort, capable de se fixer des priorités claires ), les suivants seront dédiés à la culture, l’environnement et l’économie.

 

Article paru dans lalsace.fr le 09/01/2016