Menu
Merci à vous tous qui m'avez soutenu

Trois questions à Frédéric Lefebvre, soutien d'Alain Juppé

Frédéric Lefebvre, député des Français établis hors de France : « La crispation doit laisser place à un nouvel élan pour la France : dessinons-le avec Alain Juppé ».

Votre choix de soutenir Alain Juppé a pu surprendre, qu’est-ce qui vous a motivé ? Que vous inspirent son programme et les valeurs qu’il défend dans cette campagne ?

Sans hésitation, au regard des valeurs humanistes et évolutionnaires que je défends depuis le début de mon engagement politique auprès de Jacques Chaban-Delmas, c'est aux côtés d'Alain Juppé que j'entends m'investir, pleinement et positivement, dans cette campagne des Primaires de la Droite et du Centre.

Il incarne une droite ouverte, ferme et humaniste. Nous partageons une vision mondiale pour la France et un attachement aux Français qui rayonnent au-delà de nos frontières.

La France a besoin de sa rectitude, de sa coriacité et de sa sagesse. L'objectif, louable et atteignable, d'une identité heureuse s'intègre pleinement dans la personnalité française que je défends : Le retour de l'autorité accordée à l'Âme de la France, loin de l'autoritarisme et du repli identitaire.

Alain Juppé incarne le respect des règles et de la démocratie.

Vous vous battez pour que les Français établis hors de France aient toute leur place dans cette primaire. Pourquoi estimez-vous essentiel que les Français même non encartés dans un parti politique participent à cette consultation?

Il faut agir pour déverrouiller la primaire qui, pour être une pleine réussite, doit être pleinement accessible conformément à la lettre et à l'esprit de la charte. C'est le combat que j'ai mené pour que nos compatriotes à l'étranger puissent voter par internet. Partout dans le monde, les pré-inscrits, moyennant 2 euros, sont déjà près de 15 fois plus nombreux que les membres des Républicains ! Je leur dis : vous avez jusqu'au 16 octobre pour vous inscrire : https://inscription.francaisdeletranger.primaire2016.org/#/. 

L'élection présidentielle se fait dorénavant à trois tours. Les Français de tous horizons doivent pouvoir choisir. Ils commencent à le comprendre. Le premier tour sera le scrutin des 20 et 27 novembre. (19 et 26 en Amérique du Nord)
J'appelle tous les Français, de droite, du centre et au-delà, tous ceux qui ne croient plus à la politique, tous les trompés, les désillusionnés, les désenchantés, à bousculer le système en votant. Car je veux le leur rappeler, ils en ont le droit même si ils n'appartiennent à aucun parti politique, du moment qu'ils partagent nos valeurs républicaines.

Partout - en Europe comme aux États-Unis - on voit émerger des discours de repli accompagnés de propositions radicales. Comment, dans ces conditions, redonner confiance aux Français dans l’avenir tout en modernisant notre modèle de société ?

Évitons qu'un "vent mauvais" ne souffle sur la France comme il tourbillonne chez nos voisins anglais. Après le défoulement du "Brexit" beaucoup de britanniques se sont réveillés avec mal à la tête ! Le changement d'un modèle social usé et inégalitaire, illustré par le RSI, que je combats depuis des années en exigeant la liberté d'affiliation, passe par un modèle adapté à notre époque, avec de la liberté et un filet de sécurité. Le revenu universel doit être expérimenté. Nous avons réussi à le mettre dans le débat. Il ne pourra se faire que dans la concorde.

Le moment venu il nous faudra construire, en hommes de bonne volonté, cette unité que j'appelle publiquement de mes vœux depuis 2012, à l'image de ce que nos amis allemands font formidablement. Additionner plutôt que diviser ! La crispation doit laisser place à un nouvel élan pour la France. Dessinons-le avec Alain Juppé, un homme franc, attentif et estimable.