Menu
Merci à vous tous qui m'avez soutenu

Profession de foi d'Alain Juppé pour les français de l'étranger

Chère Madame, cher Monsieur,

Vous faites partie des 60 000 Français établis hors de France inscrits pour participer à la primaire ouverte de la droite et du centre. Je suis heureux que vous ayez manifesté le souhait de voter les 19 et 20 novembre, pour cette échéance décisive pour l’avenir de notre pays.

Comme vous le savez, je me suis battu pour que vous puissiez voter par bulletin électronique, lorsque cette possibilité, la seule viable, menaçait d’être remise en question.

Au moment où l’heure de votre choix approche, je souhaitais vous faire partager mes priorités spécifiques à l’attention de nos compatriotes qui ont fait le choix de vivre à l’étranger. Ces 3 priorités, je les ai établies, fort de mon expérience, à la tête du Ministère des Affaires étrangères, en pleine conscience de la spécificité de votre situation, et de la considération qu’elle mérite.

Première priorité : je veux redonner aux Français de l’étranger l’envie d’être fiers de leur pays sur la scène internationale en renouant avec une politique étrangère audacieuse, ambitieuse, indépendante avec un message singulier à vocation universelle. Je sais que le regard que portent les étrangers sur la France est un élément important et parfois déterminant de votre vie quotidienne.

Deuxième priorité : je veux réaffirmer la place spécifique des Français de l’étranger au sein de la République, avec une véritable politique globale qui s’appuiera sur des textes qui ne seront pas le simple décalque de dispositions législatives ou règlementaires générales. Une loi d’orientation servira de support à cette politique qui pourra aboutir, le cas échéant, à la création d’un statut des Français de l’étranger.

Troisième priorité : je veux apporter des réponses concrètes et spécifiques aux difficultés que vous rencontrez du fait de votre expatriation :

J’agirai pour élargir la gamme de services accessibles par Internet, dont je connais l’importance pour vous qui résidez parfois bien loin de nos postes consulaires ;

J’agirai pour rétablir l’équité fiscale :

  • en supprimant l’assujettissement des Français de l’étranger, quel que soit leur pays de résidence, à la Contribution sociale généralisée (CSG) et la contribution pour la réduction de la dette sociale (CRDS) ;
  • en définissant la résidence en France comme une résidence principale et non comme une résidence secondaire taxée comme telle ;
  • en révisant le code général des impôts et les conventions qui nous lient à certains Etats, notamment sur la question du paiement des retraites constituées à l’étranger.

 

Je réformerai le dispositif d’enseignement français à l’étranger et j’agirai pour alléger le poids de la scolarité dans le budget familial :

  • en modernisant le fonctionnement de l’AEFE et des établissements : j’y associerai davantage les familles ; je réformerai la gouvernance des établissements pour davantage d’autonomie de gestion ; je redessinerai le réseau pour le redéployer dans les pays où les Français sont les plus démunis.
  • en élargissant l’offre d’enseignement : j’assouplirai les règles d’homologation d’établissements étrangers afin de les inclure pleinement dans le dispositif sur des critères exclusivement liés aux compétences pédagogiques ; j’encouragerai la négociation de conventions bilatérales permettant de profiter de l’offre scolaire locale francophone ou bilingue.
  • en veillant à une plus grande équité dans la répartition de la charge financière pour la scolarisation des enfants : je mesure que l’effort financier demandé aux familles ne cesse de s’alourdir. Je ne crois pas au rétablissement de la prise en charge par l’Etat (PEC) de la totalité des frais de scolarité. Episodiquement mise en œuvre par le passé et de manière partielle, elle créerait une rupture d’égalité entre ceux qui en bénéficierait et les autres. Surtout, je perçois les risques de choc en retour qu’un tel système peut engendrer. L’enseignement est gratuit sur le sol français mais les résidents sont assujettis à l’impôt sur le revenu. Souhaite-t-on étendre l’impôt sur le revenu au Français résidant à l’étranger ? Lier l’impôt à la nationalité ? Telle n’est pas ma position. Je travaillerai à une plus grande équité dans l’appréciation de l’éligibilité des familles aux bourses.

 

Je réduirai les risques liés à l’expatriation

  • en permettant aux entrepreneurs et commerçants ayant perdu leur instrument de travail dans des conditions exceptionnelles de souscrire dans de bonnes conditions une assurance leur permettant de retrouver les moyens de recréer une activité.
  • en créant un dispositif permanent d’aide aux victimes piloté par la direction des Français de l’étranger et de l’administration consulaire avec une dimension interministérielle.

 

Chère Madame, cher Monsieur, l’élection présidentielle de 2017 sera décisive pour notre pays, et il est essentiel que vous fassiez entendre votre voix. Cette élection commence dès le 19 novembre !

Je suis à votre disposition, faites moi part de vos réflexions, de vos idées, de vos propositions.

Je compte sur vous. 

Alain Juppé