Menu
Merci à vous tous qui m'avez soutenu

Matthieu Ellerbach : "Les jeunes veulent des actes et des résultats"

Matthieu Ellerbach, 24 ans, responsable des Jeunes avec Juppé, revient sur le rôle des jeunes dans la campagne d’Alain Juppé pour la primaire de la droite et du centre et sur les attentes des jeunes vis-à-vis des responsables politiques.

Parlez-nous des Jeunes avec Juppé (JAJ). Combien êtes-vous ? Quels sont les profils ? Comment êtes-vous organisés et comment vous rejoindre ?

Le mouvement des "Jeunes avec Juppé" s'est créé le 2 juin dernier avec un lancement à Saint-Denis devant 450 jeunes.
A ce jour, il s'appuie sur 200 comités jeunes à travers toute la France. Pour la plupart, ces comités sont animés et composés de jeunes de 16 à 27 ans non encartés, pour qui c'est le premier engagement politique.
Tout jeune, qu'il soit étudiant, apprenti, lycéen, jeune actif peut créer ou rejoindre un comité si il en fait la demande.

Êtes-vous associés à la préparation du projet d’Alain Juppé ?

Les comités jeunes ont trois missions principales : la première, être présents sur le terrain afin de relayer les positions d'Alain Juppé, la deuxième, être actifs sur les réseaux sociaux, la troisième enfin, et non des moindres : co-construire le projet d'Alain Juppé. Tous les comités jeunes sont invités à faire remonter leurs contributions. A côté de cela, Alain Juppé a lancé une consultation jeunesse afin de permettre à tous les jeunes d'exprimer leurs idées, propositions, coups de gueule, angoisses, espoirs... Fort de ces contributions, Alain Juppé présentera 4 ou 5 mesures fortes dans les prochains mois.

 

IMG_2701.JPG

Qu'attendent selon vous les jeunes de l'échéance de 2017 ?

Il est difficile de parler au nom des jeunes tant la jeunesse est aujourd'hui plurielle. Mais à mon sens, les jeunes attendent deux choses. Tout d'abord des réformes. En 2012, on leur a dit qu'ils étaient la priorité du candidat Hollande, 4 ans après, ils ont été complètement oubliés. 1 jeune sur 4 est au chômage en France, plus de 1 sur 2 dans certains quartiers et en Outre-mer. C’est bien sûr une de nos préoccupations majeures. Les jeunes ne veulent plus de longs discours, ils veulent des actes et des résultats. A côté de ces réformes, les jeunes attendent une seconde chose : mettre fin aux clivages partisans inutiles qui gangrènent le débat public. Ce que nous souhaitons, c'est une France apaisée et rassemblée.