Menu
Merci à vous tous qui m'avez soutenu

Lettre d'Alain Juppé aux agriculteurs et au monde rural

Chers amis,

Depuis deux ans, je vais à votre rencontre. J’aime me déplacer dans nos territoires ruraux qui sont l’âme de la France.

Discuter avec les élus de nos bourgs et de nos villages qui s’engagent bénévolement au service des autres. Echanger avec les Français qui y travaillent et y vivent. Visiter des exploitations agricoles, où je retrouve à chaque fois le sens de l’effort, le goût du travail bien fait, cette combinaison entre des traditions anciennes et une innovation permanente.

Partout, j’ai entendu vos difficultés, vos espoirs, et vos interrogations quant à la place des territoires ruraux et de l’agriculture au sein de notre économie et plus largement de la société française. Je comprends vos attentes de perspectives claires et d’engagements fermes, alors que depuis des années, vous n’entendez que des discours incantatoires jamais suivis d’effet. La crise agricole sans précédent que nous connaissons touche tous les secteurs, toutes les filières. Il faut en sortir. 

Je veux redonner à l’agriculture française la place de leader européen qu’elle n’aurait jamais dû perdre. L’agriculture est un atout stratégique dans un monde qui devra bientôt nourrir 9 milliards d’êtres humains.  C'est un secteur économique majeur pour notre pays qui assure une mission essentielle, celle de nourrir nos concitoyens. L'agriculture façonne jour après jour nos paysages. Sa vitalité est déterminante pour rétablir l’équilibre de nos territoires en plein désarroi. Il n'y aura pas d'avenir pour les territoires ruraux sans une agriculture française qui aura retrouvé sa puissance en Europe.

Mon engagement est clair : je défendrai sans relâche nos intérêts agricoles et donc ceux qui les portent, agriculteurs et salariés de l’agriculture et de l’industrie agroalimentaire. Pour cela, je veux accompagner avec détermination votre volonté d’entreprendre en mettant en œuvre les orientations que j’ai présentées en avril dernier dans le cadre de ma campagne pour l’élection présidentielle.

La crise de notre agriculture est une crise des prix trop bas qui met à mal vos revenus : j’ai proposé qu’on réforme la loi de modernisation de l'économie (LME) pour en corriger les dérives. Je souhaite encourager les agriculteurs à se regrouper en OP et en AOP pour peser face aux centrales d’achat. J’ai aussi fait des propositions pour mieux valoriser la « marque France » et développer nos exportations agricoles. Je me suis enfin engagé à défendre l’instauration, dans le cadre de la nouvelle PAC, d’un mécanisme « d’assurance revenu » destiné à vous protéger contre les fluctuations excessives des marchés.

La crise est aussi une crise des charges qui sont trop lourdes et qui étouffent votre activité : j’ai proposé un allégement massif des charges sociales, fiscales et réglementaires qui pèsent sur les entreprises agricoles et agroalimentaires, l’arrêt de la sur-transposition des normes européennes, ainsi qu’une réforme de la fiscalité agricole qui vous sera plus favorable.

La crise est enfin une crise de l’investissement. Je veux soutenir vos efforts d’investissement et d’innovation pour renforcer la compétitivité du secteur et repenser le statut des exploitations agricoles pour les considérer enfin comme des entreprises.

En consolidant notre agriculture, c’est toute la France rurale que je veux soutenir. Je suis intimement convaincu de l’atout majeur que représentent nos espaces ruraux. Tous sont attractifs, chacun à leur manière, mais trop d'entre eux ne sont pas assezmis en valeur. Vous qui y vivez avez raison d’en être fiers. Je veux vous donner les moyens de relever les défis qui vous sont propres, et mettre un terme au sentiment d’abandon qu'éprouvent beaucoup d'entre vous. 

J’ai ainsi proposé d’instaurer des zones économiques adaptées, "franches" de certaines normes ou réglementations qui pèsent sur la compétitivité.Le périmètre de ces zones serait fixé non plus par Paris mais par les acteurs du territoire, à partir de projets locaux auxquels les Régions et l'Etat apporteront leur soutien. L'Etat le fera en permettant un large usage du droit à l’expérimentation qui est déjà inscrit dans la Constitution.

Je m’engage aussi à déployer de manière accélérée la couverture effective de tout le territoire en numérique haut débit et en téléphonie mobile. C’est une condition absolument nécessaire pour que s'installent dans nos territoires les activités dont ils ont besoin, du cabinet médical à la Start up, en passant par le professionnel indépendant.

Je favoriserai également la réhabilitation de l'habitat dégradé, le maintien des commerces de proximité qui sont les piliers du renouveau des villes moyennes et des communes rurales, et le développement de nouvelles formes de services aux publics indispensables à la vitalité des territoires ruraux.

Pour mettre en œuvre cette politique je créerai une agence de l'espace rural et des territoires qui disposera des compétences techniques et des financements nécessaires pour aider les territoires à concevoir et à développer leurs projets.

La fierté de la France est aussi dans ses campagnes.  Les agriculteurs, comme les habitants du monde rural, doivent savoir que je serai à leurs côtés car je crois en eux, je crois en leur projet, je crois en leur avenir.

Alain Juppé