Menu
Merci à vous tous qui m'avez soutenu

Les Français de l'étranger doivent participer aux primaires !

« Il ne serait pas concevable de priver 1 200 000 Français de la possibilité de prendre part au vote »

Erwan Davoux, coordinateur de la campagne pour les Français établis hors de France

 

Vous revenez d’un déplacement en Algérie avec Alain Juppé, comment a-t-il été accueilli ? Quel a été son message aux Algériens ?

Alain Juppé a été accueilli avec les plus grands égards en Algérie et les gestes d'amitié se sont multipliés tout au long de la visite. Reçu par les plus hautes autorités de l'État qui se sont mobilisées pour l'occasion, cette visite n'a pour autant pas été purement protocolaire. Alain Juppé a été à la rencontre la société civile, il s'est rendu dans les lieux de culte (Notre-Dame de Santa Cruz à Oran, Notre-Dame d'Afrique à Alger, Grande mosquée d'Oran) et s'est promené dans les rues d'Alger. La réunion publique avec la communauté française a été un vrai succès puisqu'elle a réuni plus de 500 personnes.

Tout au long de sa visite, Alain Juppé a rappelé l'importance capitale qu'il accorde à la relation bilatérale et, plus généralement, la nécessité d'entretenir des relations amicales, intenses et constructives avec les pays de la rive sud de la Méditerranée. Proximité géographique (Alger est à 800 km de Marseille), importante communauté binationale de part et d'autre, échanges économiques nourris, langue commune : il serait illusoire de croire que nos destins ne sont pas liés. Dans cette période où la Méditerranée est secouée par de nombreuses crises (Libye, Syrie, terrorisme islamiste) des réponses communes s'imposent.

Vous vous occupez de la campagne auprès des Français établis hors de France. Comment est-elle organisée ?

À l'étranger, il existe désormais plus de 60 comités de soutien à Alain Juppé. Certains sont dirigés par des élus à l'Assemblée des Français de l'étranger, des conseillers consulaires ou des délégués LR ou UDI, d'autres par des personnes volontaires qui s'engagent pour la première fois en politique séduites par la personnalité d'Alain Juppé et sa volonté de rassembler les Français au-delà des clivages partisans. Nos compatriotes établis à l'étranger sont très attentifs à la place de la France dans le monde, ils gardent à l'esprit les passages très réussis d'Alain Juppé au Quai d'Orsay. Il existe un vrai engouement derrière sa candidature.

Comment les Français établis hors de France vont-ils pouvoir participer à la primaire ? Comment peuvent-ils aider Alain Juppé ?

Alain Juppé a plaidé avec force pour le vote électronique, seul à même de favoriser une participation importante des Français établis hors de France. Les Français de l'étranger ont droit à une place spécifique mais entière dans la République. Il est nécessaire d'avancer très vite sur cette question. Il ne serait pas concevable de priver 1 200 000 Français de la possibilité de prendre part au vote. Chacun doit pouvoir exprimer sa préférence quel que soit son lieu de résidence, c'est le principe d'une primaire ouverte. Nos compatriotes établis à l'étranger ont la possibilité de soutenir Alain Juppé soit en rejoignant un comité de soutien « AJ! » déjà existant, soit en prenant l'initiative d'en créer un nouveau.

Le message essentiel à relayer est qu'il s'agit d'une primaire ouverte : toutes les personnes inscrites sur les listes électorales consulaires peuvent voter si elles le souhaitent sans avoir de carte de parti politique. Ils peuvent aussi participer à la co-construction du projet d'Alain Juppé pour les Français établis hors de France. Aujourd’hui, il est nécessaire d’engager de nouveaux chantiers afin d’améliorer la situation des Français de l’étranger : faire rayonner cet extraordinaire outil d’influence qu’est l’enseignement français à l’étranger ; adapter le service public consulaire et diplomatique aux attentes des citoyens ; travailler sur un traitement fiscal équitable, protéger les familles en cas de rupture professionnelle, moderniser la protection sociale et, surtout, assurer la sécurité de chacun dans un monde plus en plus en plus incertain.

Le tout devra aboutir à la définition d’un véritable statut des Français établis hors de France qui a vocation à préciser les droits et devoirs des Français établis à l’étranger afin d’atténuer les inégalités générées par l’éloignement géographique. Les Français établis hors de France n’ont pas été suffisamment considérés ces dernières années. Ce sera pour Alain Juppé un axe essentiel du débat entamé avec tous les Français et qui se poursuivra jusqu’à l’élection présidentielle.