Menu
Merci à vous tous qui m'avez soutenu

Journées du Patrimoine : Bordeaux et la Métropole sortent le grand jeu

Article publié sur le site aqui.fr

Les 19 et 20 septembre prochain, la Métropole fait un saut dans le temps. Centrée autour du thème "Patrimoine du XXIème siècle, une histoire d'avenir", la 34ème édition des journées européenne du patrimoine proposera encore de belles surprises aux curieux comme aux amateurs d'Histoire. Avec 203 manifestations autour de 130 sites, cette mise en valeur du patrimoine local est aussi une occasion de mettre en lumière les nombreuses associations qui, par la culture, contribuent à faire vivre le territoire.

L’une des grandes nouveautés qui ponctuera ces deux jours de festivités, c’est la basilique Saint-Seurin, à Bordeaux qui rouvre les portes de sa crypte, l’un des plus anciens vestiges de l’histoire de la ville, dans des conditions d’accessibilité qu’elle « n’avait pas connue depuis les années 60 » selon Fabien Robert, adjoint au maire de Bordeaux en charge de la culture. Après plusieurs années d’études archéologiques, elle rouvrira ses portes officiellement ce samedi 19 septembre à 19 heures. L La soirée inaugurale à la Basilique Saint-Michel sera aussi l’un des moments forts : réalisée en partenariat avec la « Semaine digitale » et l’association Organ'Phantom, elle sera l’occasion d’un spectacle unique, entre projection graphique et concert d’orgue par Eva Darracq, organiste et professeur au Conservatoire de Bordeaux. Les plus jeunes ne seront pas oubliés, avec notamment de nombreuses animations proposées au Musée d’Aquitaine. Les ballades, entre le Grand Parc, les faubourgs de la Chartreuse et le centre ancien de Bordeaux, proposeront aussi de beaux moments de découverte.

Des labels prestigieux

Depuis l’inscription du Port de la Lune au Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 2007 et son label « Ville d’art et d’histoire », l’autrefois belle endormie affichera ce week-end toute sa diversité. Et ce n’est pas son statut de « European Best Destination » décerné cette année qui va l’en empêcher, bien au contraire. « Nous travaillons depuis 20 ans à la mise en valeur de notre patrimoine », soulignait ce matin le maire de Bordeaux, Alain Juppé. « Ces journées sont un moyen de mettre en lumière des édifices majeurs, et de justifier le statut de Bordeaux en tant que deuxième ville en matière de monuments historiques protégés. Cette mise en valeur du patrimoine local, c’est aussi une lutte pour l’intégration, un levier de développement et d’attractivité essentiel pour la ville ».

Un contexte en débats

Ces journées du patrimoine interviennent pourtant dans un contexte particulier, avec le projet de loi sur la création, le patrimoine et l’architecture qui sera débattu en Commission à l’Assemblée ce mercredi. Peu avare en critiques, le maire de Bordeaux a tenu à souligner sa crainte face à cette nouvelle loi. « Cela inquiète beaucoup les collectivités locales et tous les amoureux du patrimoine. Au nom de la simplification et de la décentralisation, le risque est que les collectivités se retrouvent toutes seules pour élaborer leur plan local d’urbanisme patrimonial. Le projet pose donc beaucoup de questions, notamment sur l’accompagnement scientifique et financier de l’Etat qui disparaît, mais aussi la façon de garantir la cohérence nationale des politiques qui seront menées et la pérennité des professions patrimoniales. Si ce projet de loi est voté, il faudra également redéfinir complètement le rôle des commissions nationales. Il fait donc l’unanimité contre lui », a souligné Alain Juppé.
En matière de Patrimoine plus récent, une balade proposée à vélo emmènera les curieux entre le Bois de Bordeaux et le nouveau stade, qu’il faudra désormais appeller... Matmut Atlantique, nouvelle qui a suscité l’ire du public lors de l’annonce le 3 septembre dernier. Pour Fabien Robert, il n’y a pas lieu à polémiquer sur ce nouveau nom, inscrit pour 10 ans. « Nous savions qu’il allait y avoir du naming et qu’une marque allait apposer son nom au Nouveau Stade, c’est déjà le cas avec Allianz à l’Arena de Munich ou à l’Allianz Riviera de Nice, c’est une pratique devenue courante ». Reste que le nom ne plaît pas beaucoup, et que les Ultramarines, groupe de supporters des Girondins, a lancé, quelques heures après que le nom soit dévoilé, une « consultation populaire » pour proposer cinq noms, justifiants : un stade c’est un patrimoine, pas un panneau publicitaire ambulant ». Stade Claude Bez, Stade du Port de la Lune ou encore Stade de Guyenne figurent parmi les propositions. Là encore, Fabien Robert a une réponse. « Ce groupe de supporters est-il prêt à mettre des millions sur la table ? » Il est sûr qu’avec un contrat signé par la Matmut qui s’établirait à 3,9 millions d’euros par an pendant dix ans, difficile de lutter contre...

Des visites connectées

Pour ceux qui voudraient prolonger la visite, la mise en ligne récente de deux applications mobiles peuvent les y aider. D’abord, « OhAhCheck », sorte de réseau social dédié aux amoureux du patrimoine (dont Bordeaux est une des villes pilotes avec Pau, Périgueux et Sarlat). Le but de cette application lancée en bêta en juillet dernier ? Tenter de faire découvrir des sites patrimoniaux et touristiques aux utilisateurs, le tout en partageant et en commentant les découvertes. Lors des journées du patrimoine, l’application organise un évènement spécial : une visite insolite d’un lieu patrimonial. Le 19 septembre sera aussi l’occasion pour le Musée d’Aquitaine de lancer sa toute nouvelle application mobile : baptisée Quantum Arcana, il s’agit d’un « serious game » qui compile 45 mini-jeux et aide à mieux comprendre les différents métiers du musée et leur rôle dans la conservation des œuvres. En attendant, le week-end s’annonce également chargé pour la Métropole, entre des ateliers musicaux à Piscine Les Bains, une promenade urbaine entre les châteaux à Cenon, la visite de la première Cité Castor de France (achevée en 1951) à Pessac et la découverte d’une ferme pédagogique à Mérignac, il y en aura pour tous les goûts et toutes les passions.