Menu
Merci à vous tous qui m'avez soutenu

Fierté et bonheur

La France a besoin de profondes réformes. Je veux que le prochain quinquennat soit celui des réformes réussies. Je les prépare avec vous.

Mais réformer n'est pas une fin en soi. Il faut savoir pourquoi. Il faut donner du sens à l'action réformatrice, il faut fixer un cap, il faut partager un but , il faut une vision qui nous projette ensemble au delà de 2022.

Ma vision de la France de 2030, c'est celle d'une France où tous partagent la fierté et le bonheur d'être Français. Fierté d'etre citoyen d'un grand pays qui ait repris sa place en Europe et dans le monde. Bonheur de vivre en liberté, en égalité, en fraternité dans une République rassemblée .

Oui, je refuse d'avoir l'identité malheureuse, frileuse, anxieuse , presque névrotique. Pour moi , identité ne rime pas avec exclusion ni refus de l'autre. Je veux faire rimer identité avec diversité et unité : respect de notre diversité, affirmation de notre unité.

Naïveté, me dira-t-on … Ma longue expérience du terrain me protège de ce risque. Je sais bien que la France dont je rêve n'est pas la France d'aujourd'hui, pas toute la France d'aujourd'hui. Je vois la France qui doute, qui souffre, qui est en colère. Il faut apporter des réponses à ses légitimes attentes. C'est l'objectif des réformes dont je parlais en commençant.

Mais je ne me résigne pas à laisser se répandre l'idée que demain sera pire qu'aujourd'hui , qui serait déjà pire qu'hier. Non! Il faut une autre ambition : partager demain la fierté et le bonheur d'être Français.

Et pour cela, je veux faire rimer identité avec diversité et unité.

Nous , Français, nous sommes divers, nous n'avons pas les mêmes origines, la même couleur de peau, la même religion ni les mêmes croyances. Cette diversité, qui remonte loin dans le temps, est une richesse, une force. Il ne faut pas chercher à l'effacer en prétendant nous couler tous dans le même moule. Entreprise vaine et dangereuse. Il faut respecter nos différences.

A deux conditions.

D'abord que notre société ne bascule pas dans le communautarisme , c'est-à-dire dans le repli de chaque groupe sur lui-même, dans le refus du dialogue et du partage avec les autres. Dérive détestable qui est en contradiction même avec l'idée que nous avons de la France.

Ensuite que notre diversité converge vers l'unité , c'est-à-dire le partage d'un bien commun autour duquel se rassemblent tous les Français. Sans ce bien commun, reconnu et partagé, il n'y a pas de pays, pas de nation, pas de patrie, pas de France.

Ce bien commun, nous le connaissons : c'est notre histoire, le patrimoine qui nous a été transmis, notre culture, notre langue ; ce sont nos racines , chrétiennes bien sûr  (qui pourrait en douter sérieusement?), judéo-chrétiennes, gréco-latines aussi. Le français est une langue latine et il faut continuer à l'enseigner à nos enfants. Ces racines, les nouveaux arrivants doivent les connaître pour s'intégrer à la Nation. Et puis, notre bien commun, c'est aussi l'esprit des Lumières qui est combat contre l'oppression et le fanatisme, et qui prépare 1789. Les valeurs républicaines bien sûr qu'exprime si fortement la devise qui n'a pas pris une ride : « Liberté, égalité, fraternité  » . Enfin la laïcité à la française qui est à la fois liberté de religion garantie à chaque citoyen, et strict respect par toutes les religions de la séparation du temporel et du spirituel et des lois de la République. Y compris l'égalité entre les femmes et les hommes qui est un droit fondamental.

Connaître et respecter des principes, des valeurs , des droits ne suffit pas à souder l'unité d'un pays. Il y faut un supplément d'âme, le sentiment d'appartenance à la même patrie, l'élan du cœur que nous éprouvons lorsqu'on hisse le drapeau national ou qu'on entonne l'hymne national. Avez-vous remarqué que , depuis les attentats terroristes qui défient ce que nous sommes, nous chantons la Marseillaise avec plus d'ardeur?

Et l'Islam dans tout cela ? Je ne veux pas éluder cette question qui, formulée plus ou moins explicitement , est omniprésente dans le débat actuel.

J'y ai longuement réfléchi. J'en ai parlé avec des interlocuteurs de tous bords. Récemment encore avec le jeune maire de Tourcoing, Gérald Darmanin , avec lequel je me suis trouvé en grande harmonie de pensée. Peut-être parce que nous sommes tous deux maires et que notre expérience quotidienne nous vaccine contre les simplifications idéologiques .

De deux choses l'une :

  • ou bien l'on pense que la religion musulmane n'est pas soluble dans la République , et alors il faut se préparer à une forme de guerre civile ;

  • ou bien l'on est convaincu qu'il existe une lecture du Coran et une pratique de la religion musulmane compatibles avec nos valeurs et notre mode de vie, et alors il faut travailler avec détermination à poser des règles claires entre les musulmans qui partagent cette conviction et la République. Ce ne sera pas facile. G. Darmanin rappelle que cela n'a pas été facile avec l'Eglise catholique jusqu'au début du siècle dernier. Ce sera plus difficile encore avec la religion musulmane qui n'a pas d'organisation hiérarchique. Mais il faudra le faire pour clarifier la question des lieux de culte et de leur financement, la question des imams , de leur recrutement et de leur formation. J'ai dans cet esprit proposé que les imams de France prêchent en français et soient titulaires d'un diplôme de formation à l'histoire et aux lois de la République.

Dans le même temps , nous devons nous montrer intraitables avec toutes les formes de radicalisation des esprits qui menacent notre civilisation. Radicalisation dans nos écoles où nos enseignants doivent recevoir la formation et le soutien hiérarchique pour résister à la propagande des fanatiques et développer le contre-discours adapté à leurs élèves ; radicalisation sur les réseaux sociaux et le web en général qui intoxiquent les esprits faibles et permettent hélas! à la haine de se lâcher; radicalisation dans les prisons où j'ai proposé la création d'une police pénitentiaire spécialisée dans la recherche du renseignement ; radicalisation dans certaines salles de prière ou l'on ne doit pas tolérer des prêches qui appellent à la violence et à la haine, en violation de nos lois.

Il y a longtemps que j'ai observé, dans notre vie politique, qu'il est plus facile d'avoir des positions simplistes qu'une approche équilibrée. Je suis la cible d'attaques venimeuses sur les réseaux sociaux où je suis parfois rebaptisé (sic) « Ali Juppé » ou qualifié de « Grand Mufti » de Bordeaux, ou accusé de financer à Bordeaux la plus grande mosquée de France… qui n'existe pas et n'existera pas ! Ce n'est pas cette campagne qui me fera vaciller. Je continuerai à tracer la route d'une France apaisée, juste, ouverte au dialogue et à la recherche d'une identité heureuse. Parce que je suis profondément convaincu que cette France est possible et que c'est cette France là qui est fidèle à ses racines.