Menu
Merci à vous tous qui m'avez soutenu

Discours d'Alain Juppé au Zénith de Paris

Discours d'Alain Juppé au Zénith de Paris le lundi 14 novembre 2016 (seul le prononcé fait foi). 



Hier, 13 novembre, un an après, nous nous sommes tous recueillis à la mémoire des 130 victimes innocentes de la barbarie islamiste, en communion avec tous ceux, hommes et femmes, qui portent encore, dans leur chair ou dans leur esprit, les marques de l’horreur qui a frappé au Bataclan, au Stade de France, dans les rues du 10ème et 11ème arrondissement de Paris.

Nous n’oublierons jamais (messe à Notre-Dame). 

Paris est un symbole bien sûr.

Paris, c’est la liberté,

Paris, c’est la culture,

Paris, c’est l’art de vivre, la joie de vivre, cette joie de vivre que j’ai vu pétiller dans le regard des jeunes avec qui je dînais samedi soir au Petit Cambodge, entièrement rénové après la tuerie. La vie triomphe de la mort. 

Je suis heureux d’être ce soir parmi vous, devant cette foule enthousiaste dont la confiance me porte. Vous êtes plus de 6 000 ! Beau présage de victoire.

Merci à Valérie, à Jean-Christophe, à Patrick, à Marielle etc…

Merci à Paris, Paris que j’aime.

C’est à Paris qu’a vraiment commencé ma vie politique.

A la conquête du 18ème arrondissement, un beau défi relevé sous l’impulsion de Jacques Chirac. C’était le temps du grand chelem.

Et puis 12 ans de travail, de militantisme, d’amitié durable dont je retrouve les marques plus de 20 ans après.

Jacques Chirac, un grand maire de Paris ; une belle équipe dans les 20 arrondissements de la capitale. Sujet pour moi de fierté et de fidélité.

Quelques petits maîtres déversent aujourd’hui l’aigreur de leur fiel contre moi.

S’ils croient me toucher, ils se trompent.

En matière de fidélité à Jacques Chirac, je n’ai de leçon à recevoir de personne.

Ce soir, avec vous tous, je lui adresse une affectueuse pensée.

 

*

 

Plus de deux ans. 800 jours.

Cela fait plus de deux ans que je me suis engagé corps et âme dans la plus belle et la plus exigeante des aventures.

Plus de deux ans que vous m’accompagnez sans relâche, plus de deux ans que je suis porté par vos encouragements.

Plus de deux ans que je suis allé partout en France, à votre rencontre, dans nos villes, dans nos villages, dans nos régions, en métropole, mais aussi dans nos outre-mer qui me sont si chers et dont je salue ce soir plus particulièrement tous nos compatriotes.

75 départements visités, de Strasbourg à Lyon, de Rennes à Toulon, en Corrèze comme en Corse, mais aussi à des milliers de kilomètres de Paris, en Guyane, aux Antilles, à la Réunion, à Nouméa et à Papeete, partout j’ai passé du temps, le temps de l’écoute et du respect. Et partout j’ai été accueilli avec sincérité et bienveillance.

Partout les Français m’ont dit ce qu’ils avaient sur le cœur : le sentiment de n’être ni écoutés ni compris, leur colère devant l’impuissance de leurs dirigeants, leur inquiétude pour l’avenir de leurs enfants, leur volonté de tourner la page d’un quinquennat qui ne leur a apporté que désillusions.

L’heure de l’alternance approche.

Dans 6 jours, ce sera la première étape, peut-être la plus décisive : le premier tour de la Primaire de la droite et du centre.

Vous qui êtes présents ce soir, vous savez tout sur les modalités du vote. Ce n’est pas le cas de beaucoup de nos concitoyens. Alors c’est le moment de la mobilisation générale. Tout au long de la semaine, répétez sans cesse comment les choses vont se passer. Vous l’avez compris, plus il y aura de votants et plus j’aurai de chances de gagner.

LE SENS DE MON COMBAT 

Je me bats sur deux fronts.

D’abord contre l’extrême-droite :

  • son idéologie qui reste aux antipodes de l’idée qu’un gaulliste se fait de la France
  • ensuite son programme qui mènerait rapidement notre économie dans le mur et notre société dans le déclin.

Prendre l’exemple du protectionnisme : ma rencontre avec les dockers du Havre qui vivent du transport maritime, de nos importations et de nos exportations, face à la concurrence d’Anvers et de Rotterdam.

Ensuite contre le pouvoir socialiste et le désastreux quinquennat de F. Hollande :

  • croissance plate (derniers chiffres)
  • chômage de masse
  • agriculture en détresse
  • industrie peau de chagrin
  • protection sociale minée par les déficits
  • gouvernement pétaudière
  • fonction présidentielle abaissée
  • voix de la France inaudible, image abîmée.

Il y a nécessité, urgence à réussir l’alternance. 

C’est pourquoi je fais campagne avec ardeur et détermination.

Une campagne dans la dignité.

Depuis quelques temps je concentre sur moi toutes les attaques, celles de mes adversaires et celles de mes partenaires.

Les plus récentes sont particulièrement ignominieuses.

S’ils croient me déstabiliser, ils se trompent !

Droit dans mes bottes j’ai été, droit dans mes bottes je resterai.Quant à eux, ils auront la défaite, et le déshonneur en prime.

Je fais aussi une campagne de vérité.

Je dis la vérité sur l’état de la France.

Je dis la vérité sur la nécessité de réformes profondes, radicales.

Mais je veux rester crédible, ne pas promettre des chocs sismiques qui détruiraient ce qu’il y a encore de solide dans notre pays.

Ceux qui se sont montrés les plus pusillanimes quand ils étaient au pouvoir gonflent aujourd’hui leurs biceps. « On va voir ce qu’on va voir ». On a déjà vu … 

Les réformes nécessaires ne seront pas faciles. Il y faudra beaucoup de courage et de persévérance.

COURAGE ET PERSEVERANCE pour gagner la guerre que nous a déclarée l’Etat Islamique :

Saluer nos soldats / leur donner les moyens d’assumer leurs missions / mettre hors d’état de nuire les djihadistes qui reviennent de Syrie ou d’Irak. 

COURAGE ET PERSEVERANCE pour éliminer du territoire national les zones de non-droit :

Police et gendarmerie : effectifs et moyens matériels ; soutien sans équivoque de l’autorité gouvernementale (légitime défense) 

Justice : des moyens aussi mais la volonté d’une réponse pénale efficace (plus de réductions automatiques de peines, peines planchers, double peine…)

Pénitentiaire : 10 000 places de prison / police pénitentiaire.

COURAGE ET PERSEVERANCE pour reprendre le contrôle des flux migratoires

contrôle de nos frontières externes

accords de réadmission 

COURAGE ET PERSEVERANCE pour faire respecter la laïcité en France

La République française est laïque : elle respecte toutes les religions … qui respectent la République, ses lois et ses valeurs.

Contre toutes les formes de radicalisation islamiste qui refusent le code la laïcité, je mènerai une lutte sans merci.

  • A l’école
  • Sur les réseaux sociaux
  • Dans les prisons
  • Dans les mosquées

Il faudra aussi beaucoup de COURAGE ET DE PERSEVERANCE pour redonner du punch à notre économie, à nos entreprises pour qu’elles retrouvent le chemin du plein-emploi (5 à 6% = diviser le chômage par deux) 

  • réduire les impôts et les charges sans creuser nos déficits et donc notre dette
  • simplifier, simplifier, simplifier la vie de tous ceux qui entreprennent, travaillent, agissent ; simplifier le code et les relations de travail ; libérer le dialogue social dans l’entreprise (à nouveau les dockers du Havre)
  • rétablir la compétitivité de notre industrie (innovation/ investissement)
  • remettre notre agriculture au premier rang européen.

Il faudra du COURAGE ET DE LA PERSEVERANCE pour rénover en profondeur notre système éducatif et lever plusieurs tabous :

  • celui de l’autonomie à donner à nos établissements
  • celui de l’excellence des filières d’apprentissage et d’alternance
  • celui de l’orientation pour la réussite à l’entrée de l’enseignement supérieur. 

 

*

 

Pour réussir toutes ces réformes, très ambitieuse, il faudra aussi du réalisme, de la crédibilité, de la confiance.

La confiance des Français, nous l’obtiendrons si nous savons les convaincre que ces réformes leur seront profitables, qu’elles ne constituent pas des punitions mais qu’elles amélioreront leur vie quotidienne, qu’elles sont faites pour cela :

  • mon objectif, c’est d’augmenter les petites retraites (veuves…) grâce à la réforme globale des régimes de retraites que je mettrai en œuvre ;
  • mon objectif, c’est de rendre justice aux familles si maltraitées depuis 2012, alors qu’elles sont la cellule de base de notre société ;
  • mon objectif, c’est de maintenir à domicile nos personnes âgées, aussi longtemps que possible, grâce notamment aux progrès spectaculaires de la télé-médecine ; de prendre en charge la dépendance ;
  • mon objectif, c’est de refaire du handicap, de la vie normale de nos concitoyens handicapés, une grande cause nationale (J. Chirac, 2005) ; j’ai ainsi proposé la création d’un Institut national de l’Autisme ;
  • mon objectif, en ramenant à zéro les charges patronales sur le SMIC, c’est de procurer rapidement du travail aux personnes encore peu qualifiées.

De même je ne veux laisser aucun territoire dans le sentiment d’abandon que certains ressentent aujourd’hui. Mes priorités pour l’équilibre des territoires : 

  • le très haut débit
  • les services publics de proximité
  • les médecins
  • l’agriculture
  • un nouveau concept de zones franches rurales.

 

 

Des réformes qui feront aussi du bien à la France, qui lui permettront de reprendre son rang. Les défis à relever sont immenses :

  • l’Amérique de Trump qui va nous mettre face à nos responsabilités (sécurité – commerce)
  • la montée des nationalismes et les bruits de guerre

 

La France, pour relever ce défi, doit se donner les moyens de redevenir une puissance d’influence mondiale, et fixer à sa politique étrangère une ligne claire :

  • une France libre de ses choix, capable de défendre ses intérêts tout en étant messagère de paix
  • nécessité absolue de redonner du sens à l’Union Européenne : séparés, nous compterons moins qu’ensemble, nous deviendrons chacun les Etats vassaux des grands empires.

 

 

Voilà ce que je veux faire, avec vous et pour vous.

Nous arrivons près du terme de cette campagne.

Je veux vous dire ce soir ma fierté de l’avoir conduite avec vous.

Je me présente devant vous en homme libre.

En homme libre tout entier tourné vers l’avenir de mon pays, qui m’a tout donné, que j’aime de toutes mes forces et que j’aspire désormais à servir durant 5 ans, et seulement durant 5 ans.

Je suis fier d’arriver ce soir devant vous, à 6 jours du premier tour, sans avoir cédé aux petits marchandages d’arrière-cuisine. Je n’ai monnayé aucun soutien contre un portefeuille ministériel, des circonscriptions ou des prébendes. Cela a pu me coûter quelques ralliements. Mais ma liberté n’a pas de prix. 

Les seuls engagements que j’ai pris, je les ai pris envers les Français. Et je sais que, si vous êtes là ce soir, c’est par conviction, c’est par adhésion, c’est avec confiance.

Vous avez confiance dans ma méthode :

  • les 100 jours d’avant : dire la vérité
  • être prêt et agir vite
  • gouverner efficacement 

Vous avez confiance dans ma ligne politique : rassembler la droite, le centre, les déçus de 2012 … plutôt que de courir après le FN.

Vous avez confiance dans ma capacité à réconcilier les Français.

Le risque : le fossé entre deux France.

Je n’ai pas attendu l’élection américaine pour voir se dessiner deux visages de la France :

  • une France entreprenante, conquérante, à l’aise dans la mondialisation, confiante dans l’avenir ;
  • une France qui souffre, qui se sent laissée pour compte, minée par le chômage de masse, le chômage des jeunes, qui livre quelques-uns aux propagandes les plus folles. 

Je ne veux pas que ces deux France continuent à s’éloigner l’une de l’autre.

Je ne veux pas dresser telle ou telle partie de la France contre telle autre, les élites contre le peuple ; cliver pour cliver est un jeu politicien dangereux. 

Je veux au contraire tout faire pour la réconciliation de tous les Français : 

  • je veux d’abord accomplir des progrès décisifs dans l’égalité hommes/femmes (violence / précarité / égalité salariale / conciliation de la vie familiale et de la vie professionnelle)
  • je veux réconcilier les Français avec la diversité de la France :
    • diversité/unité
    • valeurs mais aussi amour.

Je veux réconcilier les Français avec leur avenir :

  • une Terre vivable (santé)
  • les promesses de la transformation numérique, au service de la personne humaine (emploi).

 

*

J’aime la France et les Français.

J’aime mon pays, son histoire si tourmentée et glorieuse à la fois, sa riche culture, le patrimoine incroyable qu’elle nous lègue, sa langue si élégante et si subtile.

J’aime les Français, peuple qu’on dit indocile et porté aux révolutions, mais dont je connais la générosité, le courage et par-dessus tout le bon sens. 

Voilà pourquoi je suis optimiste, décidément optimiste, plein d’espérance pour nous tous et d’abord pour tous ces jeunes qui m’accompagnent avec joie et confiance.

C’est pour eux, c’est pour vous tous que je me sens le devoir de réussir.

Une responsabilité historique pèsera sur nos épaules le 20 et le 27 novembre :

  • éviter à la France de se fourvoyer sur le chemin de l’illusion ou de la discorde
  • rassembler autour d’un projet qui donnera à nos enfants la chance de réussir leur vie dans une France optimiste et un monde en paix.

Vous me connaissez.

Je n’ai jamais promis la lune, même cette nuit où elle est si proche de nous

Je ne transigerai pas. Je ne reculerai pas chaque fois que j’aurai la conviction d’agir pour le bien commun, pour tous mes compatriotes. C’est aujourd’hui comme hier ma seule ambition.

Et j’ai confiance que nous allons réussir à relever ensemble :

  • Une France puissante
  • Une France fière
  • Une France heureuse. 

Vive la France !