Menu
Merci à vous tous qui m'avez soutenu

[Communiqué] Attentat à Nice : réaction d'Alain Juppé

Réaction d'Alain Juppé après l'attaque terroriste à Nice du 14 juillet 2016.

Une nouvelle fois, la barbarie terroriste frappe notre pays

Le soir de notre fête nationale, un acte d’une grande lâcheté et d’une grande cruauté vient frapper la France au cœur.
Grâce à la réactivité des forces de l’ordre, d’autres vies ont été sauvées.

Mes pensées vont aux familles des victimes, et aux Niçois.

Depuis des mois, nous savons que la menace est maximale, que la France est une cible, peut-être même la cible, prioritaire des terroristes islamistes. La mobilisation de nos services est remarquable et, en ces moments tragiques, il faut saluer le professionnalisme de celles et ceux, civils et militaires, qui luttent au quotidien contre ces menaces dans des conditions difficiles et avec des ressources humaines, matérielles et budgétaires insuffisantes.

L'épouvantable attentat de Nice s’est malheureusement produit selon un mode opératoire décrit et encouragé par les terroristes eux-mêmes depuis plusieurs années. S'il est encore trop tôt pour établir précisément l'enchaînement de tous les faits et des responsabilités ayant conduit à cet attentat de masse, nous devons rappeler, encore et encore, que la vigilance doit être totale, sur l'ensemble du territoire et en toutes circonstances.

Face à cette menace terroriste intense, durable et multiforme, notre dispositif doit être adapté en conséquence. La tragédie de Nice intervient quelques jours après la remise du rapport de la commission parlementaire dirigée par Georges Fenech dont j'ai salué la qualité, et qui reprend des propositions que j’ai formulées depuis plusieurs mois.

Un certain nombre de recommandations, particulièrement celles touchant à la remontée en puissance du renseignement territorial, à la mise en œuvre d’une police pénitentiaire, à l'intégration de la gendarmerie dans la communauté du renseignement ou encore au renforcement réel des instances de coordination doivent être immédiatement mises en œuvre.

Comme je le répète depuis des mois, la lutte contre le terrorisme exige avant tout une articulation optimale entre le renseignement, la police et la justice. Les réponses apportées doivent être à la mesure du défi auquel notre société est exposée. Si l'invulnérabilité n'existe pas face au terrorisme, aucun fatalisme ni aucune naïveté ne peuvent être tolérés dans le devoir prioritaire d'assurer la sécurité des Français.