Menu
Merci à vous tous qui m'avez soutenu

Alain Juppé à Mayotte et à la Réunion

Alain Juppé, sur le terrain tout au long de cette année 2015, a souhaité consacrer sa dernière visite de l’année à Mayotte et à la Réunion. Candidat aux primaires ouvertes, Alain Juppé a eu l’occasion de plusieurs moments d’échanges notamment avec les acteurs économiques mais aussi avec ses soutiens à l’invitation de Margie Sudre, ancienne secrétaire d’État chargée de la Francophonie, qui vient de lancer un comité de soutien CAP AJ Pour la France à La Réunion. Retrouvez en ligne l’intégralité du programme d’Alain Juppé. 

 Je m'envole pour 4 jours à la Réunion et Mayotte. A la rencontre de nos compatriotes. Notre outre-mer , quelle chance pour la France!

LES DÉCLARATIONS

« Cet attachement à la France d’outre-mer m’a été transmis par Jacques Chirac. L’Outre-mer n’est pas une charge mais un atout, une chance pour la France. »

« A Mayotte, il faut arrêter le flux permanent de l’immigration. Nous n’avons pas la capacité d’absorber tous les migrants ».

« Il faut développer la coopération régionale. La Réunion doit s’ouvrir sur sa zone. C’est son propre intérêt, c’est celui de la France. »

« Je veux connaître de près, d’où ma présence sur le terrain, ici à La Réunion, pour écouter et débattre avec mes concitoyens des Outre-mer. »

REVUE DE PRESSE

Retrouvez l’interview intégrale d’Alain Juppé pour linfokwezi.fr. Mais aussi l’article à la visite à Mayotte sur le site la1ere.fr.

« Je suis avant tout sur le terrain. Je veux écouter et comprendre nos compatriotes, mais surtout trouver des solutions aux attentes des Français. Ma méthode est claire, il faut fixer un cap autour de quatre axes : faire baisser le chômage en allégeant les charges des entreprises pour les remettre dans une situation de compétitivité, la sécurité, l’équilibre des territoires et les valeurs. »

Extraits de l’interview d’Alain Juppé avec le Journal de l’Ile de la Réunion.

« Je pense qu’il faut rassembler, réunir nos forces, celles de la droite et du centre, parce que si nous partons divisés au premier tour des élections présidentielles, le pire est possible. Nos primaires du mois de novembre 2016 étaient nécessaires : elles sont désormais vitales ». (…) « Le FN n’est pas une solution, ce sont des problèmes pour l’avenir. Je veux le combattre et essayer de démontrer à nos concitoyens l’inanité de ce programme. »

« Je veux aller à la rencontre des Réunionnais afin de me rendre compte par moi-même, sur le terrain, avec eux, de ce que sont leurs problématiques, leurs espoirs, leurs atouts. »

« Les Outre-mer seront au cœur de ce projet et je m’y investirai personnellement. »

Extraits de l’interview avec le Quotidien de la Réunion.

« Derrière le débat autour des niches ou de la vision comptable des outre-mers, je perçois surtout une profonde méconnaissance de nos territoires et de leurs forces : la jeunesse de La Réunion, le goût d’entre- prendre, l’esprit d’innovation, la capacité à rayonner dans un environnement régional, l’océan Indien, qui a un fort dynamisme économique… Ce sont ces richesses, ces forces que nous devons aussi soutenir de manière adaptée. Sans ignorer leurs difficultés, il faut avoir une vision plus positive du formidable potentiel de nos outre-mers. »