Menu
Merci à vous tous qui m'avez soutenu

Alain Juppé à l'écoute des associations ultra-marines de Métropole

Après avoir rencontré le 3 février dernier un panel de représentants d'associations d'ultramarins de l'Hexagone pour échanger notamment sur la continuité territoriale, la couverture sociale et la représentation des ultramarins dans les sphères publiques et privées, Alain Juppé souhaite continuer à donner la parole aux représentants de l’Outre-mer dans sa campagne.

 

 

Question à M. Philippe Jean-Pierre, représentant "Osons la Réunion", Directeur du CEMOI et économiste en Stratégie de Développement & Innovation,

Lors de votre rencontre avec Alain Juppé vous avez insisté sur la nécessité pour les Outre-mer de regrouper leurs actions, sur le thème "ensemble, nous sommes plus forts". Pourriez-vous illustrer votre propos en 3 exemples ?

 

Effectivement, cette rencontre a été un moment fort pour souligner que, pour l’Outre-mer, également, l'adage "ensemble, nous sommes plus forts" s'imposait au moment où nous devons relever notre pays !

En premier lieu, l’Outre-mer, localisé sur des endroits différents du globe, est aujourd'hui exposé à un défi similaire : sécuriser leur trajectoire de développement tant du point de vue financier, énergétique, alimentaire que démographique... Face à un modèle de développement qui s'épuise, (bâtit au moment de leur départementalisation pour les Dom sur des transferts), il est urgent de projeter l’Outre-mer en général et les Dom en particulier sur un autre modèle de croissance assurant davantage par la compétitivité leur insertion dans les ensembles régionaux, nationaux et mondiaux et, ce faisant, réduisant leurs dépendances aux transferts publics dont les perspectives d'évolution sont incertaines.

En deuxième lieu, les économies d’Outre-mer, comme celle de l'hexagone, requièrent beaucoup plus de stabilité et de lisibilité dans l'environnement économique et institutionnel qui entoure le fonctionnement des entreprises ultramarines. Celles-ci ont beaucoup trop souffert ces dernières années d'une instabilité permanentes des règles et lois de finances générant de la défiance et ne permettant pas de soutenir une sortie de crise efficace de ces économies déjà fragilisées à la base. 

En dernier lieu, l’Outre-mer doit prendre conscience de leur rôle clef pour le pays. Il constitue effectivement non pas un territoire de dépense mais, au contraire, une terre d'investissements. L’Outre-mer peut ainsi être considérée comme une figure de proue pour l'Europe et notre pays. Par exemple, rappelons que l’Outre-mer appartient à plusieurs des neufs hotspots mondiaux de la biodiversité. Il forme ainsi une projection de notre futur car exposé déjà à des défis sanitaires, géostratégiques, climatiques auxquels l’ensemble des nations sera demain confronté. Ce faisant, notre regard sur l’Outre-mer ne peut que changer pour le considérer comme une force supplémentaire offerte à notre pays dans son renouveau vers une identité heureuse.