Menu
Merci à vous tous qui m'avez soutenu

3 questions à Daniel Chasseing et Claude Nougein

3 questions à Daniel Chasseing et Claude Nougein, sénateurs de Corrèze

 

Alain Juppé était ce week-end en Dordogne et en Corrèze pour évoquer la ruralité. Quels thèmes a-t-il évoqué ? Est-ce que la ruralité a été suffisamment prise en compte selon vous dans les débats de la primaire ? Quelles doivent être les priorités ?

Daniel Chasseing : Alain Juppé a évoqué le maintien de la vie dans les zones rurales, qui passe nécessairement par le maintien de l’agriculture « en état de désespérance » dit-il, ce qui est bien analysé ; mais surtout il a proposé des solutions efficaces.

Mais il faut  aussi mettre des conditions attractives pour  l’implantation d’entreprises dans ces zones ;  Alain Juppé est bien conscient qu’il faut des aides adaptées à la ruralité :

- pour l’investissement, ce qui signifie d’avoir des aides plus importantes que dans les territoires près des autoroutes ;

- pour l’attractivité économique, en mettant  en place des zones franches dans les zones hypo-denses (qui existent dans certains quartiers urbains mais pas en zone rurale) ;

- pour le développement du tourisme, des bourgs-centre et la mise en place de MSAP ;

- pour la santé, en poursuivant  les aides à la construction de MSP et à l’installation de médecins en zone hypo-dense,

- pour le numérique : le haut débit est indispensable pour l’économie dans tous les territoires le plus rapidement possible,

Alain Juppé a bien pris en compte les problèmes et les solutions  pragmatiques à mettre en place pour l’aménagement et le développement de ces territoires.

 

Claude Nougein : Non, la ruralité n'a pas été suffisamment prise en compte, sans doute plus par la faute des médias que les candidats eux-mêmes, car aucune question des journalistes n’est  posée sur cette thématique. Alain Juppé lors de sa visite en Corrèze, a évoqué la ruralité  en reprenant les thématiques importantes pour le développement de nos territoires ruraux : téléphonie mobile, haut débit, aussi importants que l’arrivée de l’électricité au 19ème siècle, préservation des services publics,  médecine en zone rurale, et commerces  de proximité. Tout cela est nécessaire pour éviter la désertification rurale.

 

Notre agriculture connaît une crise sans précédent. Alain Juppé a écrit une lettre ouverte aux agriculteurs, comment a-t-elle été reçue ? Là encore, où sont selon vous les urgences ?

Claude Nougein : Lors de son passage en Corrèze, Alain Juppé a annoncé des mesures fortes pour la compétitivité de notre agriculture qui connaît une crise profonde : participer activement à la nouvelle politique agricole commune dès 2017, renforcer le lien entre les acteurs et les filières, alléger les charges fiscales, et surtout arrêter de surréglementer l’agriculture par rapport aux normes européennes sous la pression de quelques lobby.

 

Daniel Chasseing : Alain Juppé a beaucoup écouté les agriculteurs depuis 2 ans et il a pu se rendre compte de leur situation, notamment des difficultés liées à la vente en dessous du coût de revient de la viande et du lait ; à l’embargo russe, aux crises sanitaires...

Il propose des solutions efficaces au niveau national et européen : comme la baisse des charges, la réforme de la PAC et la création d’un système assurantiel pour garantir un revenu aux agriculteurs. Il n’est plus possible d’avoir des agriculteurs qui travaillent 7 jours sur 7 et qui ne peuvent même pas se rémunérer.

Alain Juppé a bien pris en compte ces paramètres et fera le nécessaire rapidement pour les sortir de ce marasme.

Les agriculteurs que j’ai rencontrés retrouvent un peu d’espérance grâce à ses propositions.

 

Alain Juppé a visité à Ussel un établissement d'accueil de personnes handicapées de la Fondation Jacques Chirac. Quel souvenir a laissé l'ancien président et pourquoi notre candidat est-il le mieux à même selon vous de porter ses valeurs ?

Claude Nougein : Jacques Chirac a un lien très fort avec la Corrèze. Ce n'est pas un hasard si la fondation Jacques Chirac,  qui emploie plus de 1000 personnes sur toute la haute Corrèze, a été créée par lui-même. De plus, son implication dans le développement de notre département (Autoroute A89, entreprises industrielles, établissements sociaux) a permis à la Corrèze, encore aujourd'hui, de maintenir une ruralité attractive sur tout le territoire. Jacques Chirac est lié à la Corrèze, et les corréziens sont liés à lui.

 

Daniel Chasseing : Jacques Chirac est un homme dévoué, humaniste, il était très près des habitants de sa circonscription et de la Corrèze. Il a beaucoup apporté dans ce secteur rural et à la ville d’Ussel qui est le poumon de la haute Corrèze ; notamment des emplois industriels et des emplois sociaux, avec la création de nombreux établissements pour personnes handicapées, permettant ainsi de maintenir la vie dans  ce secteur, et un réseau autoroutier nécessaire (l’autoroute Bordeaux / Lyon qui traverse la Corrèze).

Alain Juppé est un bâtisseur, il a transformé Bordeaux ; il est comme Jacques Chirac un humaniste et ne souhaite pas laisser des personnes ou des territoires au bord du chemin. Alain Juppé me paraît être l’homme qui peut continuer l’action de Jacques Chirac concernant le maintien de la vie dans tous les territoires notamment hyper ruraux, c’est un homme sensible qui pourra continuer l’œuvre de Jacques Chirac pour l’aide aux personnes handicapées.