Menu
Merci à vous tous qui m'avez soutenu

3 questions à Bertrand Plouvier

3 questions à Bertrand Plouvier, Conseiller municipal de Rennes, Président du groupe @alternance2020 au Conseil Régional de Bretagne.

Si vous êtes jeune patron de l’opposition à Rennes, vous n’en êtes pas moins un militant expérimenté qui a commencé au RPR puis à l’UMP et maintenant aux républicains. Dans ces conditions, comment expliquez-vous votre soutien à Alain Juppé ?

J’ai fait le choix de soutenir Alain Juppé et de rejoindre son équipe car il incarne pleinement le rassemblement et l’apaisement.

Le rassemblement. En 2002, Alain Juppé avait été le fondateur de l’UMP : la grande famille politique regroupant toutes les forces de la Droite et du Centre. En Bretagne, et plus particulièrement à Rennes, nous sommes persuadés que l’union fait la force. Nous sommes donc très attachés à l’union et au rassemblement de la Droite et du Centre dans nos combats politiques locaux.

L’apaisement. Dans un contexte international tendu tant d’un point de vue économique que diplomatique, les Français attendent un certain apaisement de la part de l’homme qui sera leur chef de l’État. Cet apaisement est nécessaire pour mener à bien les réformes dont notre pays a besoin après 5 années de socialisme. Je fais entièrement confiance à Alain Juppé pour apaiser, rassembler les Français et réformer la France.

 

Justement, Vous vous occupez dans son équipe des liens avec les militants et les cadres des Républicains. Comment concevez-vous ce rôle ?

En tant que fondateur de l’UMP, Alain Juppé a toujours su faire preuve de son attachement pour tout ce qui constitue sa famille politique : ses dirigeants, ses cadres et avant tout ses militants. Et il a toujours eu la plus grande considération pour tout ce que représente un parti politique : ses idées, ses messages et ses projets. J’entends bien poser ma petite pierre à l’édifice en m’efforçant de maintenir un contact permanent entre les comités AJ et les militants et cadres des différentes fédérations des Républicains. Ma démarche a pour but de démontrer que les comités AJ ne sont pas une structure parallèle ou une nouvelle chapelle de notre famille politique. Ils sont des plateformes de co-construction d’un projet porteur de messages s’adressant certes à tous les Français mais aussi, en priorité, aux membres de la famille politique à laquelle nous appartenons : Les Républicains.

 

La Bretagne agricole souffre du contexte difficile que subit ce secteur. Quelles réponses peut-on y apporter ?

La France traverse une crise agricole secouant en profondeur une profession inquiète pour sa survie. La Bretagne, première région agricole et agro-alimentaire de France est frappée de plein fouet par cette crise. Après-guerre, par leurs modernisations respectives, l’agriculture et l’agro-alimentaire bretons ont su relever le défi de « nourrir la planète » -- nourrir les Français--. Elles sauront à nouveau relever ce défi au XXIème siècle à condition d’être accompagnés de manière efficace par la France et l’Union européenne. Face à cette situation de détresse du monde agricole, au-delà de simples effets d’annonce pas toujours suivis d’effet, nous avons le devoir d’agir rapidement. À court terme, dans le contexte actuel, nous devons alléger les normes - et ne plus en rajouter par rapport aux normes européennes - ainsi que baisser les charges qui représentent un sérieux frein à notre compétitivité. À moyen terme, la France doit redonner une ambition économique, productive et exportatrice à son agriculture dans le cadre de la réforme de la PAC 2020-2025.