Menu
Merci à vous tous qui m'avez soutenu

Fabienne Keller : « J'appelle à la mobilisation la plus large en faveur d'Alain Juppé »

3 questions à Fabienne Keller, Porte-parole d'Alain Juppé et Sénatrice du Bas-Rhin

 

 

Alain Juppé a choisi Strasbourg pour sa première grande réunion depuis le lancement officiel de la primaire. Qu'est-ce que cela vous inspire ? Comment a-t-il été accueilli par les Alsaciens ?

Je suis très heureuse qu'Alain Juppé ait choisi Strasbourg, capitale européenne, pour sa première grande réunion publique dans la cadre des Primaires. Son discours sur "l'identité heureuse" a beaucoup séduit un public alsacien très attaché aux valeurs héritées de l'humanisme rhénan. Il a apporté une réflexion de fond qui, loin de diviser les Français, propose de les rassembler dans une démarche claire et exigeante. Il est vrai que l'Alsace a une identité propre très marquée, avec son dialecte, son droit local et son histoire particulière. Pour autant l'Alsace est patriote et se sent foncièrement française. C'est bien ici, à Strasbourg, que la marseillaise a été composée. Aimer ses racines et aimer profondément son pays, c'est aussi cela "l'identité heureuse" !

 

La primaire est l'occasion pour chaque candidat d'exposer ses idées et ses propositions. Quelles ont été les idées fortes de l'intervention d'Alain Juppé hier ? Pourquoi est-il pour vous "l'homme de la situation" ?

Alain Juppé est l'homme de la situation : il propose aux Français de relever les défis du chômage, de l'éducation, de l'avenir de l'Europe, avec honnêteté, sans leur cacher les efforts qui seront nécessaires. Il propose aux Français un cap, un chemin, afin que la France retrouve sa grandeur. Par son inlassable travail de terrain et sa stature d'homme d'Etat, il est prêt à assumer les plus grandes responsabilités. Quant au fond de son discours à Strasbourg, je recommande vraiment la lecture de son discours profondément humaniste, où il décrit sa vision d'une France riche de la diversité de ses habitants et fédérée par ce qui forme la Nation.

 

Vous êtes très active sur le terrain pour mobiliser tous les soutiens d'Alain Juppé. Est-ce que les Alsaciens ont bien compris que la Primaire était ouverte à tous les Français qui se retrouvent dans la droite et le centre sans condition d'appartenance partisane ? Comment faites-vous pour l'expliquer aux électeurs ?

Les Français sont de plus en plus nombreux à se mobiliser pour Alain Juppé, la campagne devient plus visible et médiatique. Les Maires et élus sont nombreux à se décider pour Alain Juppé, qui est l'un des leurs, qui connaît depuis vingt ans la réalité de la gestion municipale. Comme les soutiens d'Alain Juppé, je vais à la rencontre de mes concitoyens par tous moyens, les marchés, les réunions organisées par nos formidables Comités, les réseaux sociaux ...

L'enjeu de mobilisation de tous est stratégique pour le succès d'Alain Juppé. Alors que la présence du Front national au second tour de l'élection présidentielle n'est pas exclue, les Français en se déplaçant pour voter à la primaire peuvent faire un choix décisif pour l'avenir de notre pays. Dès le premier tour de la primaire le 20 novembre, j'appelle à la mobilisation la plus large en faveur d'Alain Juppé.